Document sans nom
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic

Agenda

Juillet – Août 2013 : formation vacances en informatique

26 novembre – 03 décembre 2013  : Plateforme Vaincre le Handicap 2013

03 décembre 2013 : Journée Internationale des handicapées

Nos priorités

L'Autonomisation / Empowerment

Notre idéal est que les personnes handicapées soient placées au centre d'un processus de développement qu'elles conduiraient et adapteraient elles-mêmes, au fur et à mesure et suivant leurs aptitudes intellectuelles et personnelles, leurs propres méthodes d'apprentissage et leurs propres besoins

L'Autodétermination et la Participation

Entendue ici comme l'auto prise en charge par les personnes handicapées, de leurs destinées économique, professionnelle, familiale et sociale, l'acquisition, la mise en œuvre et l'application de nouvelles capacités et attitudes leurs permettent d'agir directement sur leur vie, en effectuant des choix non influencés par des agents externes

L'émergence

L'émergence et le développement d'une solidarité interactive au sein de la société en général

Accueil du site –> Plate forme Vaincre le Handicap –> Edition 2012 –> Conférence : le handicap est il un frein à la participation au (...)

Conférence : le handicap est il un frein à la participation au développement

JPEG - 47.1 ko
logo


Au Cameroun, la population des personnes vivant avec un handicap est estimée à près de 10% des 18 millions d’habitants. Pour chacune de ces personnes, vivre avec un handicap est un véritable parcours du combattant, étant donné qu’elles sont obligées de surmonter les multiples obstacles dressés sur leur chemin afin de vivre. Qu’il soit sensoriel, moteur, mental ou social, le handicap pose un problème d’insertion sociale et professionnelle. Toutefois, le Gouvernement commence à prendre des mesures en faveur des personnes handicapées, même si cela reste encore au niveau des slogans politiques.

Au Cameroun, les personnes handicapées - adultes ou enfants - ne bénéficient presque pas de pension ou d’allocation. Par conséquent, les personnes handicapées, qui sont déjà comptées parmi les plus pauvres de la société sont obligées de vivre avec le plus strict minimum. Tel est le cas, par exemple, de Léonard et Liliane :

Leonard a perdu la vue il y a de cela quelques années et il a dû apprendre à gagner sa vie en tissant du rotin. Il s’est marié à Liliane, qui est paraplégique, et ils ont ensemble deux enfants qui vont à l’école. Malgré son aptitude à tisser du rotin, Leonard a essayé plusieurs fois mais en vain d’obtenir de l’aide financière du Gouvernement ou d’ailleurs pour ouvrir un atelier tel qu’il le désire afin de mieux travailler, augmenter sa production, gagner sa vie et prendre soin de sa famille. Comment parvient-il à subvenir aux besoins de sa femme et de sa famille ? Leonard répond : "C’est une expérience très humiliante de devoir dépendre des autres, non seulement pour mes propres besoins, mais aussi pour ceux de ma femme et mes enfants."

L’éducation de l’enfant handicapé reste un véritable problème étant donné que les familles n’ont pas du tout la volonté, d’une part d’envoyer leurs enfants handicapés à l’école, et d’autre part le système éducatif camerounais n’est pas adapté pour l’insertion des enfants avec un handicap. Il y a tout juste deux ans que le Gouvernement a commencé à former des enseignants spécialisés dans l’éducation des personnes handicapées. En dépit de cela, les établissements scolaires ne possèdent pas l’équipement et les infrastructures adéquates et adaptées pour l’insertion aisée des enfants handicapés. L’absence de matériel pour malentendants, de machines à écrire en braille pour les aveugles, de rampes pour ceux qui sont dans des fauteuils roulants sont quelques problèmes parmi tant d’autres qui n’encouragent pas les parents hésitants et les éducateurs. Dans certaines familles et cultures, le tabou du handicap existe toujours. Les enfants avec un handicap sont considérés comme une malédiction et par conséquent, il n’y a aucune raison de les envoyer à l’école.

Dans les années récentes, le Gouvernement camerounais a redoublé d’intérêt pour les questions concernant les personnes vivant avec un handicap, à travers le Ministère des Affaires Sociales qui est chargé de mener des actions dans ce domaine. L’éducation est un des aspects dans lequel cette action est visible. Les enfants handicapés, aussi bien que ceux nés de parents handicapés, sont dispensés de frais de scolarité dans les établissements publics. Toutefois, cette action est menée de façon intermittente, généralement, dans le cadre de la Journée Internationale des Personnes handicapées, marquée par l’octroi de matériels facilitant la mobilité.

JPEG - 56.6 ko

Bien que des citoyens louent cet intérêt renouvelé du Gouvernement concernant les questions liées aux personnes handicapées, beaucoup reste à faire pour mettre en application les résolutions gouvernementales. Au Cameroun, les concours sont presque le seul moyen d’accéder à la fonction publique mais, dans quasiment tous ces concours, il est précisé que les candidats "ne doivent souffrir d’aucune déficience physiologique sérieuse dans la diction, l’audition, la vue ou la mobilité". Cette seule disposition constitue déjà une barrière pour toute personne handicapée. Le secteur privé n’est pas en reste, rejetant les travailleurs handicapés sous prétexte qu’ils ne peuvent pas être performants. Tout ceci constitue un cercle vicieux dans lequel la plupart des personnes handicapées sont obligées de vivre. Bien que quelques-unes réussissent à s’en sortir, ce combat nécessite beaucoup plus de volonté d’action systématique de la part du Gouvernement, et un changement général de la perception de la société concernant la personne handicapée, pour que la situation des personnes handicapées au Cameroun évolue pour le mieux.

Le rôle socio économique de la personne handicapée au Cameroun :

Depuis des années, des personnes vivant avec des handicaps variés ont joué un rôle important dans l’enrichissement de l’univers social, économique et culturel du Cameroun. On peut citer notamment les artistes reconnus sur le plan international tel qu’André Marie Tala et Angélina Tezanou qui, malgré leur déficience visuelle, excellent dans leur art. Nous pouvons aussi citer le légendaire Eboa Lotin dont le prénom "Eboa" est devenu, dans le jargon camerounais, une façon de désigner les personnes souffrant d’un handicap des membres inférieurs. On ne saurait oublier ces hommes et femmes qui, bien que n’étant pas aussi populaires que ceux cités ci-avant, se battent contre vents et marées pour se faire une place au soleil, mettre leur talent en valeur et gagner leur vie.

Généralement reconnu comme "l’Afrique en Miniature" par beaucoup d’analystes, le Cameroun englobe une grande partie de la richesse naturelle sociale, économique et culturelle du continent Africain. Cette richesse est reflétée dans les multiples opportunités qu’il offre. A tous les échelons, les personne vivant avec un Handicap sont présentes ; avocats, chefs d’entreprises, leaders communautaires etc. souvenons nous, entre autres, de cette jeune aveugle qui, il y’a quelques années, a été lauréate à l’ENAM.

Ces exemples nous démontrent qu’il est erroné de penser que la place des personnes invalides est dans la rue. Par leur esprit d’entreprise, leur abnégation et leur volonté de participer au développement collectif, ces personnes éduquent la société afin que nous leur donnions l’opportunité d’exprimer tout leur potentiel. Le problème du manque de moyens est très sérieux chez les personnes handicapées, certes. Pour la plupart, les fonds investis pour leurs activités proviennent des cotisations familiales, de personnes de bonne volonté et d’épargne personnelle. C’est le lieu ici d’interpeller tous les acteurs de la société, de les encourager à comprendre que si la personne handicapée accepte de vivre avec son handicap, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle fait tout pour ne pas vivre de son handicap !

Conclusion :

Notre objectif, aujourd’hui, doit nous permettre de mettre en relief le portrait de la personne Handicapée au Cameroun d’une part et, de ressortir les différentes facettes de sa vulnérabilité économique et sociale d’autre part. On se rend compte en effet que la plupart des personnes Handicapées vivent dans une situation de vulnérabilité économique. L’examen des conditions de vie des personnes Handicapé montre pourtant que les personnes Handicapée sont appelées à jouer un rôle économique et social au même titre que les personnes soi disant « normales ». En outre, il s’agit de revoir la perception, l’archétype que l’inconscient collectif a des personnes Handicapées au Cameroun, d’apporter des réponses efficaces à leur situation de vulnérabilité.

Vaincre le Handicap
Fixe : +237 33.42.77.47
Mobile : +237 72.40.90.30
Email :info@vhandicap.net
128, Rue des écoles Akwa - Douala-Cameroun
2517426 Visites | Suivre la vie du site RSS 2.0

Partenaires

Partagez

B.P. 4355 Douala - Cameroun
Tél : (237) 340 15 18
    Fax: (237) 340 14 54
cafrad@cafradcam.org
Tel.: 030 65211-0
kontakt@brot-fuer-die-welt.de
Rejoingnez nous sur

Newsletter